Chemin faisant

Née en Méditerranée, premières années passées sur un bateau, de parents navigateurs et plongeurs, le lien à la terre est venu plus tard. Au début, il y a le bleu, le bleu et le bleu.

A Nantes, j’ai fait des études de philosophie, finalisées par un mémoire en esthétique intitulé « Poétique de la promenade » qui cherche à dire l’expérience contemplative d’une présence pleine à soi et au monde, quant à la faveur de déambulations l’esprit s’apaise et se remplit de la conscience aiguë d’être vivant. Après ces années universitaires, je suis partie vivre cinq ans en Argentine, découverte d’une autre culture et d’une autre terre, rencontre avec la Terre dans ce qu’elle a de sauvage et sacré, telle qu’elle est célébrée dans les Andes sous le nom de la Pachamama. Des années à vivre de l’enseignement et de mes mains. Batik, peinture à la cire sur textile et processus tinctorial, craquelures dans la couleur, sorte de Raku sur tissu…

A mon retour en France, il y a une dizaine d’années, j’ai enseigné le français dans différents Lycées de l’Education Nationale. Puis un désir de plus liberté et de créativité, des questionnements sur les formes de transmission et un intérêt croissant pour apprendre autrement m’ont amené à vouloir intervenir différemment dans les écoles, aussi bien depuis l’angle de la pensée (ateliers philo auprès des enfants) que de la créativité (animations céramiques).

Pour moi-même, j’aime également peindre, dessiner, modeler, danser et plus encore quand tout cela se rencontre, quand ça s’invente, que c’est du mouvement, de la recherche, de l’enthousiasme ! Pour ma part, j’ai compris que ce qui anime la vie et fait sens chez l’humain c’est sa part créative, qu’il faut cultiver à tout âge parce qu’elle est sa plus sûre source de joie et la plus constante aussi.

La céramique

Depuis les premières poteries de l’enfance, fabriquées dans l’argile grise et odorante du ravin qui ceinturait le jardin de mes grands-parents en Haute-Savoie, c’est le même esprit de jeu et le goût pour l’expérimentation qui m’a mené jusqu’à aujourd’hui.

Il y a eu des années de modelage d’après modèle vivant dans l’atelier de Max Figerou, peintre et sculpteur nantais, où j’ai appris à regarder, oublier tout ce que je croyais savoir pour simplement regarder et me balader chez l’autre comme dans un paysage. Il nous a rendu sensible à cette vibration qui, au-delà des formes, fait l’essence d’un être.

Puis il y a eu des voyages en Amérique latine, où j’ai découvert la céramique précolombienne et son iconographie riche de symboles (avec Jorge Fernandez Chiti et Condorhuasi). Occasion de rencontres avec des céramistes argentins et de découvertes de cuissons feu de bois, jamais bien loin de l’asado…

Depuis 10 ans je me suis installée dans le sud Seine-et-Marnais à Avon, à quelques pas de l’Atelier des Pot’s d’Avon, sympathique association qui se trouve logée dans l’ancienne Laiterie du château du Bel-Ebat. On y propose des cours de poterie ainsi que des cuissons Raku. C’est Katherine Dara qui y anime tous les cours et c’est auprès d’elle que je continue d’apprendre, professeur et amie, cadeau du chemin.

C’est en juin 2017 que naît ArtePacha, terres mêlées d’ici et d’ailleurs, liant deux dimensions qui me tiennent également à coeur: la création et la transmission autour de la pratique céramique, permettant de faire de ce rêve de terre entre les mains, un chemin de tous les jours, terrestre, terreux, tellurique, merveilleux ! Depuis je continue d’apprendre auprès de céramistes inspirés/inspirants, lors de lectures, rencontres et stages, ces « popo » comme je m’amuse à les appeler, potiers-poètes tels que Daniel de Montmollin, Jean Girel, Loul Combres, Dalloun et Alistair Danhieux.

De mon côté, je propose des ateliers hebdomadaires de poterie et modelage pour adultes à Veneux-les-Sablons, dans l’école d’art Camille Varlet où se côtoient dans la joie aquarelle, gravure, modèle vivant, arts plastiques…

J’y propose des stages courts: des matinées parents/enfants un samedi par mois ainsi que des stages de 3 jours destinés aux enfants à chaque vacances scolaires.

J’interviens par ailleurs dans les écoles autour de projets collectifs et collaboratifs qui amènent à semer la petite graine chez les potiers en herbe et ouvrir leur coeur à cet art magique fait d’eau, de terre et de feu.

C’est au sein de l’association Objectif Terre 77 que s’est développé, parmi les autres axes de réflexion pour se reconnecter à la terre, celui de l’éducation. Nous proposons divers ateliers jeunesse pour développer l’imagination par les sens, prendre conscience de son corps, retrouver le naturel, l’intuitif et le rythme des saisons, prendre conscience du monde qui nous entoure, réfléchir et agir…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer