Gravures de fumée

Terres polies et enfumées…

Le Raku Nu se caractérise comme le Raku traditionnel par une seconde cuisson rapide suivie d’un enfumage, mais il est « nu » avec sa seule peau d’argile, puisqu’à la fin, l’engobe et l’émail qui avaient été temporairement posés, se détachent pour ne laisser que la terre dans sa nudité avec les dessins de fumée.

Ainsi ces pièces sont des petits bouts de nature…


Le Raku Nu est pour les amoureux de la lenteur… La technique est constituée de nombreuses étapes, à commencer par de méticuleux polissages pour parvenir à une surface parfaitement lisse. Il faut accompagner la pièce dans son séchage avec des polissages successifs à l’aide d’une pierre le plus souvent de l’agate (la mienne est une sodalite bleue). Puis tout au bout (après avoir posé l’engobe de lissage, puis la sigillée, puis l’engobe de sacrifice et l’émail) intervient le travail de gravure pour ouvrir le chemin de la fumée vers la terre. Là où l’émail est gratté, passera la fumée qui noircira la pièce. L’enfumage sera rapidement suivi de l’immersion de la pièce dans une bassine d’eau, afin de permettre que l’émail se détache de la pièce. Il doit craqueler et se détacher comme une coquille d’oeuf, afin de laisser la terre nue et douce comme une peau de bébé.

Pour en savoir plus sur les origines du Raku, c’est par ici