Technique Raku Nu

Le Raku Nu se caractérise par la lenteur du processus et un certain nombre d’étapes que nous tentons d’expliquer ici :

1/ Modelage ou tournage ; La pièce destinée à une cuisson Raku est façonnée dans une argile spéciale, une terre chamottée (grains de céramique pilés), qui la rend plus robuste pour résister aux écarts de température sans se fissurer.

2/ Polissage ; Pendant le séchage, la surface est polie à plusieurs reprises à l’aide d’une pierre dure (généralement une agate), afin de la rendre parfaitement lisse.

3/ Sigillée ; Une fois la pièce sèche à cœur, on la couvre de plusieurs couches de sigillée, cela lui donnera son aspect final satiné.

4/ Biscuit ; Elle est cuite une première fois dans un four électrique en respectant un temps de refroidissement assez long.

5/ Engobe sous émail ; Une fois « biscuitée », la pièce est prête à subir la cuisson raku proprement dite. Soit on lui pose un émail et ce sera une cuisson raku classique où l’émail adhère à la terre, soit on choisit de faire un « raku nu ». Dans ce cas on la recouvre d’abord d’un engobe de sacrifice, mélange de kaolin et silice, avant de poser l’ émail, ce qui permettra à l’émail de se décoller après cuisson tout en jouant un rôle de réserve.

6/ Gravure ; On trace éventuellement des dessins à l’aide d’une pique pour laisser des entrées de fumée sur la pièce.

7/ Cuisson ; C’est alors qu’elle va subir la seconde cuisson Raku proprement dite : le four (gaz ou bois) est monté très rapidement en température (environ une heure) jusqu’à 950°C.

8/ Défournement ; La pièce est défournée encore incandescente, à l’aide de pinces, gants, masque. Celle-ci subit alors un choc thermique qui va craqueler l’émail de façon aléatoire.

5/ Enfumage ; La pièce est plongée dans une cantine remplie de copeaux de bois (certains utilisent papier journal, sciure…)

6/ Immersion ; Assez rapidement, la pièce est plongée dans une bassine d’eau afin de permettre le décollage de l’émail qui pèle comme une coquille d’oeuf. Parfois il faut s’aider d’une pointe de couteau.

7/ Nettoyage ; On frotte vigoureusement avec une éponge pour enlever les résidus d’engobe, de suie et de cendre.

8/ Cirage ; Finalement la pièce est repassée quelques minutes dans un four de cuisine pour ensuite recevoir une cire qui protégera sa surface des tâches et éclaboussures et la rendra luisante.